Vivre à Édimbourg, c’est comment ?

Édimbourg, qui compte un peu plus de 500.000 habitants, est une capitale à taille humaine.

Ce qui surprend, quand on arrive pour la première fois, c’est la proximité de la nature. Holyrood Park et son ancien volcan surplombent la ville, les eaux du Firth of Forth étincellent au soleil, les Pentland Hills s’étirent à l’horizon et les jardins débordent de couleurs.

201812_CestComment

A Édimbourg donc, on respire. L’excellent réseau de bus permet de rejoindre facilement les quatre coins de la ville et les embouteillages sont quasiment inexistants. Mais les piétons ne sont pas prioritaires et il vaut mieux regarder deux fois avant de traverser.

Ce qui frappe aussi c’est l’énergie qui se dégage de la ville ! Les événements se succèdent à une vitesse vertigineuse et il y a toujours quelque chose à faire : ateliers pour enfants, journées familiales ou événements insolites.

201812_CestComment2

Les festivals rythment l’année. Le Science Festival, le Children’s Festival, l’Art Festival, le Book Festival, le Storytelling Festival et bien sûr l’immense Fringe, qui attire chaque année plus d’un million de visiteurs, proposent tous des ateliers et/ou spectacles incroyables.

Édimbourg compte aussi de magnifiques musées et la vieille ville est elle-même un musée à ciel ouvert. Sans compter les châteaux en ruine, les grands domaines et, si l’on fait quelques kilomètres, les magnifiques plages de l’East Lothian et les villages moyenâgeux du West Lothian.

201812_CestComment3

Dès notre arrivée, nous avons rejoint l’Edinburgh and Beyond Home Education Network, qui est composé de différents sous-groupes thématiques. Nous participons ainsi aux rencontres des groupes First Steps, Big Strides et Children’s Club, ainsi qu’à différentes activités organisées par d’autres parents.

Après-midis à la plaine de jeux/sur la plage, promenades dans la nature, visites scientifiques : les possibilités de passer de chouettes moments avec d’autres enfants ne manquent pas. Derniers en date : un atelier sur les arbres au Botanic Garden, des parties de touche-touche à Dalkeith et une visite au Butterfly & Insect World.

201812_CestComment4

Gilles a par ailleurs rejoint le Young Archaeologists Club, qui se réunit une fois par mois, et participe à des sessions d’escalade en salle. Louise rêve de faire des cours de gymnastique (elle est sur deux listes d’attente !) et sautille avec entrain aux cours de ceilidh, la danse traditionnelle gaélique.

L’expatriation apporte cependant son lot de frustrations : démarches administratives à rallonge, barrières liées à la langue et logements chers en mauvais état. Ce n’est donc pas toujours facile (surtout pour Loïc au bureau) mais nous venons d’emménager dans un bel appartement, Gilles se débrouille très bien en anglais et Louise nous demande si elle va pouvoir grandir ici.

Cela valait décidément le coup de venir !!

201812_CestComment5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s